Dans ce travail, j’ai voulu mettre à l’épreuve par mon propre corps le principe de la perspective

énoncé par Alberti en 1435: un tableau est une fenêtre au travers de laquelle nous regardons une

portion du monde visible
- et Dürer de nous montrer une machine où il suffit de dessiner sur une

vitre, ce que nous voyons au travers. Ca avait l’air facile!

Je me souviens aussi avoir lu dans les carnets de Léonard que ce fameux système de représentation

permettait d'effectuer des relevés de terrain pour guider la trajectoire des boulets de canon,

système toujours à l'oeuvre aujourd'hui pour téléguider les "frappes chirurgicales" par satellite.

Enfin, j’ai voulu tenter l’immobilité. Contrôler ma chair. N’être qu’un œil visant à travers l’espace.

Essayer de devenir machine, même si je bouge, je pense, je choisis.

L'artificielle objectivité de ce modèle optique étant devenu l'étendard de l'occident,

il n'est pas sans risque de se laisser séduire par cet "œil de verre" qui finalement relègue

dans le hors-champ des webcams toute la complexité du corps qui fait notre humanité.




< Retour

http://genevieveromang.ch/files/gimgs/th-42_Genevieve_Romang_v8.jpg
http://genevieveromang.ch/files/gimgs/th-42_Genevieve_Romang_v9.jpg